Le romantisme du crayon

Pour les gens qui dessinent, des fois, c’est compliqué.
la-seduction-par-le-dessinC’est tout pour aujourd’hui !

Publié dans Une BD, une histoire. | Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire

On dirait du Gotlib…

newton-ldGotlib est mort. Bordel.

Je n’étais pas triste dimanche, j’étais en colère. Oui parce qu’aujourd’hui là, le 6 décembre, c’est un jour un peu spécial pour moi, vous savez, ce satané putain de bordel de jour où on souffle les bougies. Et lui il clamse deux jours avant. C’est pas un cadeau ça. Non, vraiment pas.

La seule chose que je peux faire, c’est raconter ce qu’il m’a donné, le Marcel. Il m’a donné envie de dessiner pour de bon. Et pas qu’un peu, hein, plutôt dans le genre à passer des journées entières penché sur mes feuilles à gratter le crayon, gommer, non, mouarf, c’est moche, on recommence, allez, mais rhâââ, comment il fait ce Gotlib pour faire aussi bien ?

Ma mère m’a dit qu’un jour, après avoir lu des tartines de ses planches jusqu’à l’indigestion, je suis venu la voir et je lui ai dit « maman, je veux devenir dessinateur ».

Bon aujourd’hui, je ne suis toujours pas dessinateur (ça reste un loisir), mais l’intention y était.

Gotlib a pour moi compris comment unifier encre de Chine et feuille de papier à la perfection. Le type a atteint la substantifique moelle de ce qu’on peut transmettre par l’image. Ce mec est un bulldozer d’imagination, une explosion atomique de puissance du trait et des mots. Ouais, rien que ça. Il peut vous faire piquer un fou rire, vous faire pleurer, vous dézinguer un truc qui l’énerve, relever toute l’absurdité du monde tout en restant honnête, sincère, humble et attendrissant. Ce n’est pas rien.

Alors oui hein, ‘y en a plein d’autres qui savent faire ça. Mais lui c’était un peu celui que je préférais.

Maintenant, on va arrêter de se lamenter et se bouger le derrière pour continuer à bosser. Parce que ce n’est pas en pleurnichant qu’on mène les projets à termes et qu’on avance, sinon on finit dessinateur de presse autoproclamé à gribouiller des machins sans forme, sans style, sans vie, donc on ajoute un chat pour faire plaisir au public, parce que bon, internet aime les chats, quoi.

Quand t’es un gamin qui grandit dans un quartier dit « défavorisé », que t’entends à longueur de temps des adultes dire que tel copain est « en échec scolaire », « en difficultés », a besoin de « soutien scolaire », et que l’autre là, il ne fera jamais de longues études, que bon, déjà s’il arrive à avoir son brevet ce sera bien, ah et puis bon, il a des « difficultés de compréhension » puis quand même, celui-là c’est un « élément perturbateur », petit à petit, tu développes un truc, une espèce de sentiment de défi. J’étais bon élève, mais mes cancres de potes en prenaient plein la tronche.

On te lance ces mots comme si c’était tracé. Ben oui, après tout on fait partie de la classe prolétaire. Alors des années plus tard, quand on croise ces mêmes adultes et qu’on leur met leur bêtise devant la tronche en leur racontant ce qu’on est devenu et qu’on voit ce regard gêné, cette insatisfaction de prédicateur à deux balles, cette espèce de moue si caractéristique des adultes-je-sais-tout qui se trompent et se salissent le slip en prenant le retour de balle en pleine face, on jubile. Beaucoup.

Renvoyons cordialement dans des moissonneuses-batteuses ces gens-là.

Gotlib a montré qu’on pouvait devenir un grand artiste en partant de rien. Alors bon, si ça marche, pourquoi on ferait pas pareil, les copains ?

gotlib-ld

Publié dans Divers, Une case, une histoire | Tagué | 5 commentaires

Fais comme l’oiseau…

Votre vie est terne, morne, vous vous lassez de tous et de tout ?
Plus rien ne vous motive, aucune passion ne vous anime, vous vous sentez mou du genou ?
Le quotidien vous dévore, absorbe votre énergie, vous épuise ?
Vous n’arrivez plus à faire quoi que ce soit à votre guise ?

Alors arrêtez tout, respirez un grand coup et faites comme l’oiseau.

fais-comme-loiseau-ldVoilà. Je vous laisse, j’ai un café sur le feu.

Publié dans Une BD, une histoire. | Tagué , , , , , | 4 commentaires

Si Terminator était logique…

Une armée de machines voulant détruire la race humaine envoie pour ce faire un robot dans le passé dans le but d’éliminer le seul être humain qui pose problème en organisant la résistance : John Connor. Les humains, apprenant le stratagème, envoient également dans le passé un homme pour protéger John Connor. Sauf que la machine à remonter le temps ne peut transporter que la matière organique dans le passé (donc il arrive tout nu).

Ce pitch vous plaît ? Tant mieux, c’est précisément celui du cultissime Terminator, que l’Odieux Connard et moi-même nous sommes employés à démonter dans la vidéo qui suit.

(Regardez directement sur Youtube pour une meilleure qualité.)

Voilà pour aujourd’hui !

Vous souhaitez voir un autre classique démonté par nos soins ? Cliquez vaillamment par ici.

Publié dans Dessins en vidéo | Tagué , , , , , , , | 3 commentaires

La banane de la discorde

Imaginez : deux hommes enfermés deux jours durant, essayant de ne pas sombrer dans les limbes du sommeil profond, acharnés, grognant, suant, ne pouvant cesser d’abattre un travail monstre en un temps limité.

25hbd-intro-ld

Monkibe et moi-même, tels que nous étions durant ces 25 heures. Enfin en vrai, Monkibe est plus petit.

Non, ce n’est pas un remake de Nuit et Brouillard mais bel et bien l’événement dédié aux dessineux du web : les 25 heures de la BD. Soit un défi organisé sur le net par Goliver et Zia (qui se coltinent aussi l’organisation des 23 heures de la BD chaque année, mais ils aiment souffrir). Tout cela s’est déroulé ces samedi et dimanche 29 et 30 octobre.

En quoi consiste le défi ? Simple :
– 12 planches de BD à réaliser
– Un temps limite de 25 heures (de 13h le samedi à 13h le dimanche, soit 24h + 1h à cause du passage à l’heure d’hiver).
– Un thème à respecter : Yokaï
– Une contrainte : un élément de la BD doit être à l’envers.

Comme depuis désormais deux ans, j’ai rejoint l’ami Monkibe pour participer à cette folle aventure dans la joie et l’allégresse les plus totales. Cela donne des œuvres plutôt improbables en général, en attestent notre participation aux 23 heures de la BD 2015 ou encore notre BD commune de l’édition 2016. Ces 25 heures n’ont pas dérogé à la règle.

Si vous souhaitez simplement lire la BD, je vous conseille de suivre ce magnifique lien bleu souligné qui se transformera en magnifique lien violet souligné une fois que vous aurez cliqué dessus.
Pour les autres, voici le récit de ces 25 heures (avec suppléments photos / vidéos / chaton).

Après avoir débarqué dans la capitale française et lutté contre la faune locale composée de passagers de métros sauvages, automobilistes hargneux et autres vendeurs de tapis insistants, j’ai rejoint l’indéfectible Monkibe directement dans sa demeure afin d’en découdre avec ces 25 heures de gribouille à venir.
À 8h30, ce samedi 29 octobre, je me réveille et la journée se lance.

25hbd-bambou-sms

Conversation par texto entre Bambou, amie gribouilleuse et Monkibe qui tente en vain de lui expliquer le principe des 25 heures de la BD. C’est authentique.

9h00
Monkibe se chausse et s’apprête à quitter l’appartement.
« Je vais chercher l’ordinateur à une heure de route d’ici, pas de souci, tout va bien !
– Effectivement, ce sera mieux pour scanner et mettre en ligne la BD avec un ordinateur, acquiesce-je.
– Je serai de retour à midi grand maximum !
– Très bien. Une heure avant l’annonce du thème, c’est parfait. À tout à l’heure. »

10h00
Faute d’occupation, je gribouille un peu pour m’échauffer et fais connaissance avec le second habitant des lieux : un chat. Ragnarok de son prénom. Ou Rag.
Il faut savoir que j’exècre cette espèce sans foi ni loi constituée par les chats. Les chats doivent être éliminés. Brûlés vifs. Parqués dans une cave avec du Maître Gims le son à fond.
Mais je n’ai pas le choix ici, alors j’endure.

12h00
Je reçois un message de Monkibe : « J’aurai du retard ». Tout va bien, il y a de la marge.

13h00
C’est l’heure de l’annonce du thème. Monkibe n’est toujours pas là. Je décide d’aller sur le site des 25hBD avec mon smartphone captant le réseau à peu près aussi bien qu’un minitel branché sur une centrale vapeur. Miracle, ça fonctionne ! La page internet charge, le thème va apparaître et… L’écran change brutalement d’image, c’est Monkibe qui m’appelle. « Allô, éructe-je d’un ton aussi enjoué qu’un raton-laveur sous un pneu.
– Alors Poulop ? C’est quoi le thème ?
– ESPÈCE D’ENFANT DE MOINEAU CONFIT ! SI TU ATTENDAIS DEUX SECONDES JE POURRAIS REGARDER SUR MON TÉLÉPHONE ! RÉSIDU DE SAC PLASTIQUE PICORÉ MAL DIGÉRÉ !
– Allô ? Poulop ? Je capte pas bien, tu peux répéter ?
– Je regarde le thème et je te rappelle, cher Monkibe.
– Ça marche !

13h05
Je découvre le thème : Yokaï. Après une rapide recherche wikipédia précédée de vociférations du style « argnfrogntudjgrmblouarf qu’est-ce que c’est que ce truc ? », j’apprends que le Yokaï est une sorte d’esprit / fantôme / Jean-Pierre Chevènement du folklore japonais.
Puis vient la contrainte : un élément de la BD devra être à l’envers. Un personnage, une vignette, toute la BD, peu importe.

13h10
Un texto de Monkibe fait retentir mon téléphone : il aura une heure de retard. Quelques injures en Patois ancien m’aident à patienter.

14h00
Monkibe arrive enfin, nous filons dans l’épicerie équitable locale (Super U, donc) pour nous approvisionner en fruits, légumes et aliments bios à base de graines trucs gras.

15h00
Nous sommes enfin posés, disponibles et commençons à réfléchir à ce qu’on va bien pouvoir gribouiller comme BD. un dialogue s’ensuit :
« Dis Monkibe, j’ai une idée. On pourrait mettre en scène deux fantômes qui se disputent pour savoir qui va aller faire peur à un mec chez lui ?
– Mmmmh… Ou un combat méga épique entre un Yokaï et un autre mec ?
– Ah ouais pas mal ! Pourquoi ils se battent du coup ?
– Euh… Une banane ?
– Génial ! On fait ça !

17h00
Nous réalisons que 4 heures se  sont déjà écoulées et nous n’avons encore rien commencé en termes de dessin.

17h30
Le découpage de la BD est prêt, nous partons pour 15 planches, il n’y a plus qu’à gribouiller !

Jusqu’à 4h du matin s’enchaînent discussions proverbiales à base de jeux de mots scandaleux, de plaisanteries honteuses et de vannes méritant la peine de mort. Divers trucs à grignoter, boissons et plats aussi sains qu’une émission de Cyril Hanouna se succèdent. Vers 4 heures, nous tombons l’un et l’autre : il est temps de faire une sieste avant de continuer.

25hbd-bonus-ld

Un gribouillis réalisé après l’épreuve des 25 heures de la BD, avant de retourner dans mes contrées bordelaises.

Réveil à 7h pour ma part. Monkibe, lui, est déjà en train de se réactiver. Le teint aussi frais que Jeanne Moreau, nous persévérons jusqu’à 11h30, heure à laquelle les derniers coups de crayon / stylos feutres / cravache sont effectués. Nous nous attelons alors au gommage, au scannage des planches et à leur mise en ligne.

C’est alors tout un fatras de froissements de feuilles, de mélanges de numéros de page, de connexion internet instable, de formats incompatibles, de poids de fichier inadapté et de chaton insupportable qui s’abat sur nos trognes défaites par le manque de sommeil.

Mais après maints efforts, encouragements mutuels et jurons slovaques par dizaines, nous avons finalement réussi à boucler le tout en bonne et due forme.

Vous êtes encore là ? Vous n’avez que ça à faire, lire ces âneries ? Très bien, ne partez pas. La voici, la voilà : la bande dessinée de nos 25 heures de la BD 2016.
(Cliquez pour agrandir si besoin.)

25bd-complet-v2Et voilà ! De la grande philosophie, je vous avais prévenus. Remercions tous en chœur Zia, Goliver ainsi que tous les participants aux 25 heures de la BD qui ont rendu cet événement possible. Pour aller voir les œuvres des autres dessineux (et il y a en a plein, et surtout plein de bien), c’est par ici.

25hbd-merci-ldBon. Après Inktober et ça, on va se reposer un peu, hein. Voilà. Hop.

Publié dans Défis de gribouille, Les 23/24/25 heures BD, Une BD, une histoire. | 5 commentaires

Inktober 2016 : de l’automne et de l’encre

Amis internautes, Inktober est là ! Mais qu’est-ce donc ?
C’est un défi pour dessineux consistant à réaliser tout le mois d’octobre un dessin par jour, à l’encre et sans crayonné. Paf, comme ça.

Et comme j’aime bien corser les défis déjà corsés, j’ai demandé à mes abonnés sur la page facebook de me donner un mot par jour pour avoir un thème à suivre. Comme beaucoup de monde a répondu, il y a une liste de mots « joker », au cas où je n’aurais pas l’inspiration avec l’un des mots de départ.

Vous croyez que je m’arrête là ? Que nenni. En plus de vos thèmes, j’y ajoute les thèmes officiels de l’événement donnés par la page Facebook The French Inktober. Oui.

liste-mots-inktober-2016-ld14457302_1250920578293833_7175438022051286975_n

 

 

 

 

 

 

Je mettrai à jour cet article à chaque nouveau dessin et inclurai les participations d’autres dessineux s’ils veulent suivre ces mêmes thèmes. On est comme ça ici.

Sans plus attendre, place aux gribouillis !

Jour 1 : Spatule – Rapidespatule-rapide-ldLes participations de lecteurs sur le même thème :

Jour 2 : Ornithorynque – Bruyant

ornithorynque-bruyant-ldParticipations des lecteurs :

Jour 3 : Cancer (vraiment, vos thèmes sont formidables.) – Cueillette

cancer-cueillette-ldParticipations des lecteurs :

Jour 4 : Post-it & affamé

post-it-affame-ldParticipations des lecteurs :

Jour 5 : Escarmouche triste

escarmouche-triste-ld-2Participations des lecteurs :

Jour 6 : Dodo caché

dodo-cache-ldParticipations des lecteurs :

Jour 7 : Patate & perdu

patate-perdu-ldParticipations des lecteurs :

Jour 8 : Brocolis & Roche

brocolis-roche-ldParticipations des lecteurs :

Jour 9 : Gerbe & Cassé

gerbe-casse-ldParticipations des lecteurs :

Jour 10 : Billevesée & Saut

saut-billevesee-ldParticipations des lecteurs :

Jour 11 : Buffet & Transport

buffet-transport-ldParticipations des lecteurs :

Jour 12 : Pédiluve & soucieux

pediluve-soucieux-ldParticipations des lecteurs :

Jour 13 : Flagorneur & Billevesées

flagorneur-effraye-ld2Participations des lecteurs :

Jour 14 : Ventilateur & arbre

ventilateur-arbre-ldParticipations des lecteurs :

Jour 15 : Chibre (oui oui, vous avez bien lu) & Détendu

chibre-detendu-2-ldParticipations des lecteurs :

Jour 16 : Tyrannosaure & mouillé

tyrannosaure-mouille-2-ldParticipation des lecteurs :

Jour 17 : Bataille & Saperlipopette (dessin mesurant 50 x 70 cm. Oui. Cliquez pour voir en grand.)

bataille-saperlipopetteParticipation des lecteurs :

Jour 18 : Didgeridoo & évasion

didgeridoo-evasion-ldParticipation des lecteurs :

Jour 19 : Bécasse & Vol

becasse-vol-ldParticipation des lecteurs :

Jour 20 : Trombone & écraser

trombone-ecrasement-ldParticipation des lecteurs :

Jour 21 : Apopathodiaphulatophobie & Grand

apopacaca-grand-ldParticipation des lecteurs :

Jour 22 : Evoli & Petit

evoli-petit-ldParticipation des lecteurs :

Jour 23 : Perlimpipinpin & Lent

perlimpinpin-lent-ldParticipation des lecteurs :

Jour 24 : Saltimbanque & Douzaine

saltimbanque-douzaine-ldParticipation des lecteurs :

Jour 25 : Raclette & Fatigué

raclette-fatigue-ldParticipation des lecteurs :

Jour 26 : Habitude & Boîte

boite-habitude-ldParticipation des lecteurs :

Jour 27 : Pantoufle & Effrayé

pantouffle-effraye-ldParticipation des lecteurs :

Jour 28 : Émeu & Brûlure

Jour 29 : Surprise

surprise-ldParticipation des lecteurs :

Jour 30 : épave & innocence

inktober-epave-innocence-ldParticipation des lecteurs :

Jour 31 : Amnésie & Ami

amnesie-ami-ldParticipation des lecteurs :

On remercie tous en chœur et en agitant les bras :

Kat, qui nous a offert un magnifique Dodo bien comme il faut,
Jonfen, qui a parcouru un bon bout du chemin avec de belles gribouilles,
Puke, qui s’est démené pour nous offrir des oeuvres de qualité,
Martin, qui est un jeu de mot humain né,
Monkibe, qui a abandonné comme un lâche,
Et enfin Clang, qui commence sérieusement à m’énerver à sortir des dessins aussi bien fichus.

Voilà, à bientôt pour les 25 heures de la BD !

 

Publié dans Défis de gribouille, Une case, une histoire | Tagué , , , , | 9 commentaires

Les bons mots

Ces derniers temps, allez savoir pourquoi, je passe mes journées à malmener les mots et les expressions. Cette dernière planche pondue vous convaincra probablement.
livre-ouvert-ldPour ceux qui n’ont pas encore les yeux qui saignent après un tel calembour, voici quelques autres gribouillis récents basés sur des expressions et jeux de mots à peu près aussi honteux (vous pouvez les retrouver dans la galerie des gribouillis).
Burka Wars Les trois croix Hache-Hache Faut pas pousser

 

 

 

 

 

 

À très bientôt pour un autre article un peu particulier. Oui Madame.

Publié dans Une BD, une histoire., Une case, une histoire | Tagué , , , , , | 1 commentaire